A trois c’est mieux – ouverture à Freissinières

Cela faisait déjà bien deux semaines que nous avions remarqué cette ligne qui d’habitude est inexistante. Le temps manquant, la météo maussade à repoussé le départ à hier mercredi 28 janvier.
40 minutes de marche plus tard, nous sommes au pied de l’approche en glace.

Le départ de la ligne empreinte les 150 premiers mètres de “L’ensemble de Mandelbrot”. C’est bien moins fournis que d’habitude et d’énormes croûtes de regel pimentent l’ascension. Ca passe en trois grande longueurs, dont nou nous chargons aussi vite que possible afin d’avoir un maximum de temps pour la suite.
9h30, arrivé au pied du mur c’est bien mieux que cela nous laissait imaginer d’en bas. Il y a des fissures, des vires confortables, finalement le libre est envisageable…

Pour Ben c’est une première expérience et il est tout tendu l’animal. Ayant eu le temps d’analyser la première longueur, nous lui ordonnons gentiment de prendre les choses en main. Ca avait l’air pas trop difficile, c’est le meilleur moyen de se faire les dents. Pour lui la pression monte et il s’équipe tranquillement.

Etant plus à l’aise avec ses mains de grimpeurs, il prends l’option de grimper sans les piolets et à mains nues. Et finalement c’est l’onglet qui aura raison de lui. Il fera cette première longueur mi-libre-mi-artif.
Le rocher est splendide, l’ambiance à la déconnade, les rixes verbales fusent de tous les côtés.Une fois le relais installé, Jo et moi faisons un peu de nettoyage sur la vire, pour que les cailloux branlant rejoigne le bas de la falaise. C’est une pratique que nous utilisons fréquemment et nous y prenons un malin plaisir. Le but étant de balancer le plus gros missile. Ce qui était bien, c’est que ça à enlever pas mal de croûte de regel …

Une fois cette petite partie de purge fini nous essayons de libérer la longueur en second. La longueur enchaîné nous optons pour un M5+/M6 à confirmer par les premier répétiteur en tête. Le relais est tout confort sur une vire avec banc intégré.

Jo prends les rênes dans cette deuxième longueur, qui est à nouveau splendide. Un fin plaquage de glace à droite permet un progression mais pas d’assurance. Il plante deux spit set la grimpe continue toujours mi-artif-mi-libre. Il s’arrête sous le toit pour évité un mauvais tirage pour la suite.

Fred libère à froid cette longueur un poil plus dure qu’en dessous en laissant lâchement toute les protections en place pou Ben. C’est moche comme attitude et Ben lui fait remarquer.

Fred ce lance à mon tour en tête dans ce toit horizontal en mettant une rafale de spit pour rejoindre la stalactite. Le dos et les abdos forcent un peu et la glace deviens salvatrice.

Fred remonte cette courte longueur et le tour est joué. Finalement même la glace n’était pas très difficile. Ca se trouve on viens d’ouvrir une des voies les plus facile de Gramusat…

A la redescente nous optimisons l’équipement en rajoutant un ou deux spits pour rendre les répétitions plus confort. Il faudra par contre rajouté une escarpolette pour le deuxième relais sous le toit. Bien que l’on y reste pas longtemps ce serait un plus pour le confort.

Au final pour ce nouvel itinéraire, du pur bonheur et du beau rocher et toujours une ambiance de folie.
Baptisé “A trois c’est mieux”, c’est 250m dont 100m originaux et ça côte M7?/A0/grade 5. Equipement partiel, prendre un jeu de friends de 000 à 3 chez camalot et doublé jusqu’au 0,5. Pas de pitons ni de coinceurs à prendre. corde de 60 m obligatoire pour la redscente.

Du coup pour ceux que ça interresse vous pouvez enchaîné avec celle ci “New génération juste à droite, histoire de ne pas transporter les friends pour rien. d’ailleurs il est préférable de descendre dans “New génération pour les rappels.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *