Le plus haut sommet d’Amérique du Nord : Le Denali 6193 mètres

Pendant les vacances un guide qu’est ce que ça fait? Et bien toujours et encore de la montagne ! Au grand désespoir de nos compagnes …

Mi mai 2015, nous partons pour un mois, Marc et moi pour gravir le sommet du Denali. Ce n’est pas une mince affaire que d’organiser une telle ascension. Entre le matériel à acheter, les autorisation à demander, préparer les sacs, organiser les déplacement, choisir la nourriture et tout cela en pensant toujours au poids. Car pour le Denali il n’y a pas de porteurs ou de yaks, non, tu porte tout ce dont tu as besoin pour 3 semaines à la seul force de ton corps. Et c’est là une énorme différence avec toute autres expéditions à travers le monde. Si tu veux prendre des M&M’s et du Nutella, c’est un choix qu’il faut murement réfléchir. A deux on porte plus de matériel que si nous étions 3 ou 4 car le réchaud, la tente, la corde, etc, et bien on se les partages seulement à 2. C’est donc vers le 20 mai, que nous nous faisons déposer sur le glacier de Kahiltna à 2200 mètres d’altitude, avec nos 130 kg de matériel et vivres pour une autonomie complètes de 21 jours.

Atteindre le sommet du Denali c’est tout d’abord amener le matériel et les vivres au camp de base situé à 4300 mètres et quelques 20 kilomètres de la dépose avion.  Physiquement ça c’est le plus dur. Après il faut arriver à s’acclimater correctement, avoir de la chance avec la météo car ici quand il fait mauvais c’est la punition. Les températures peuvent descendre en dessous de -40°C, les vent soufflé à 150 km/h et neiger facilement 1,50m en 24 heures. Voilà, le décor est posé, c’est à nous de faire au mieux avec ces éléments.

Une fois sur le glacier, nous préparons un sac chacun et essayons de charger le plus possible les pulkas (sorte de luge pour faire glisser le matériel sur la neige), car la première étape est assez plate. A partir du Camp 1 nous feront 2 aller retour pour amener tout le matériel au camp 3 puis au camp de base, le camp 4.

Il nous aura fallut 7 jours pour arriver au camp de base à 4300m, entre les aller retour pour le matériel et les deux journées de mauvais qui nous ont permis de nous reposer.

A présent il fait beau et on ne sait pas combien de temps cela va durer, donc il faut continuer toujours plus haut et finaliser l’acclimatation. On monte au camp 5 à 5300m et on laisse du matériel pour le jour de l’ascension.

On se repose une journée et le temps est toujours au beau fixe. Le lendemain se sera le 11ième jour d’expédition nous iront dormir au camp 5 pour essayer le lendemain.

12 ième jour nous tentons le sommet, il fait grand beau et une petite brise caresse notre visage, il doit faire -15°C c’est assez chaud pour l’endroit. Marc se sens bien et nous avançons correctement. Certes, le pas est plus lent mais nous somme largement dans le timing. Nous voyons enfin le sommet, il est là 100 mètres plus loin, mais ces 100 mètres vont être long pour Marc, très long. Nous rejoignons l’arête finale un peu comme celle pour rejoindre le Mont Blanc.

Finalement nous arrivons au sommet nous avons mis à peu près 8h00, le temps est magnifique, on voit très loin et le vent semble s’être calmé pour nous faire profiter du paysage un maximum, nous allons rester là une demi heure. Nous avons eu une chance phénoménale avec la météo !

Puis la descente commence et c’est nettement plus facile, en moins de 2h00 nous somme de retour à la tente du camp 5. Il est déjà tard nous redescendrons demain.

Le retour est plus facile car déjà ça descend et puis nos sac sont plus léger de 13 jours de nourriture. Les skis sont très appréciables pour notre retour au camp avion, nous mettrons une bonne journée pour le rejoindre depuis le camp 4.

A partir de là le mauvais temps va s’installer pendant 4 jours. 30 à 50 cm de neige par jour. Les avions ne peuvent plus venir nous chercher. Dans l’espoir d’une accalmie nous damons la piste d’atterrissage deux fois par jours. Finalement un avion arrive, puis deux, trois, quatre et nous pouvons rentrer à la civilisation.

Ce fut long et très enrichissant, merci Marc pour cette aventure.

 

0 replies

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *